Tolérance à la végétation spontanée

La première question à se poser dans un plan de désherbage, c'est le degré de tolérance que l'on accorde à la végétation spontanée. A quel point peut-on tolérer la végétation spontanée? Quelle hauteur peut-elle atteindre? Faut-il intervenir dès l'apparition du premier spot d'herbe? La réponse dépend de l'endroit considéré. Ainsi, par exemple, on pourra accepter davantage la flore sauvage sur les cheminements d'un espace géré de manière extensive, tandis que seule une végétation spontanée n'excédant pas un centimètre de hauteur sera tolérée entre les pavés d'un espace plus artificialisé.

 

 

rejoigneznous