Wavre, Maca bella!

Newsletter mars 2017


Depuis 2016, à pieds joints dans la GD et le zéro phyto !

Quand on demande à Marianne Cwiek, du service Environnement de la Ville de Wavre, depuis quand sa ville applique la gestion différenciée, la réponse fuse : « Depuis toujours, car c’est logique ! On s’occupe plus du centre-ville et de certains lieux privilégiés, et on limite les interventions ailleurs, tout en ne négligeant personne ». En 2016, la Ville officialise son engagement dans la démarche GD en signant la convention du Pôle. « Ces dernières années, la cause environnementale s’est progressivement invitée dans les discussions » poursuit-elle, « c’est vite devenu une évidence et de nombreux projets ont vu le jour ». Parmi ceux-ci, les parterres ont été repensés. Les fleurs annuelles n’y ont plus l’exclusivité et partagent désormais l’espace avec vivaces, bulbes et arbustes. Le fauchage tardif des bords de route a été mis en place pour permettre le développement de la vie sauvage. Quant aux pesticides, leur utilisation a peu à peu été réduite, jusqu’à un abandon total en 2016.

 
 
Photos: M. Cwiek

  

Cinq cimetières en cours de réflexion

Actuellement, les allées de tous les cimetières sont engravillonnées. L’entretien y est réalisé au moyen d’une machine de désherbage thermique ou manuellement. Le Collège vient d’approuver un projet de végétalisation des allées dans le vieux cimetière de Wavre.
Les deux nouveaux cimetières ont été labellisés « cimetière nature » notamment grâce à la plantation d’arbres et le semis d’une prairie fleurie.
Mais à Wavre aussi, le zéro phyto dans les cimetières représente un vrai défi ! M. Cwiek raconte : « L’an dernier, un des cimetières a été envahi de jeunes pousses de saule marsault. Le fossoyeur était débordé. Du coup, des citoyens se sont plaints. Cette année, les scouts ont proposé de venir désherber manuellement, pour financer leur camp ». 
A chaque problème sa solution !

 

Chantier anti-renouée en bord de Dyle

En réponse à un appel à projet du Contrat de Rivière Dyle Gette, la Ville a délimité un couloir de 100 mètres en bord de Dyle pour lutter drastiquement contre la renouée du Japon. Dans un premier temps, les plantes ont été arrachées à la bêche. Les ouvriers ont réalisé quatre passages pour enlever un maximum de rhizomes. Ensuite, ils ont planté de la consoude officinale et de la reine des prés sur 35m et des arbustes sur les 65m restants (aulnes glutineux, noisetiers, sureaux et saules des vanniers). L’objectif est de créer un beau couvert végétal et d’épuiser la renouée par des arrachages répétés. Les premiers résultats semblent encourageants. A suivre…

 


Une équipe motivée et soutenue

La quinzaine d’ouvriers qui gèrent quotidiennement les espaces verts ont compris l’intérêt d’arrêter l’utilisation des pesticides et ont accepté le nouveau mode de gestion. Les deux agents du service environnement sont de véritables moteurs et n’hésitent pas à mettre la main la pâte. « Notre service date de 2012. Tous les projets étaient alors à créer » se souvient Pierre Lavendy, « aujourd’hui, on a beaucoup de travail. Mais nous sommes soutenus par un échevin ouvert et motivé, Luc Gillard, qui nous défend au niveau du Collège ».
Pour s’adapter aux nouvelles méthodes d’entretien, la Ville a équipé ses ouvriers en investissant dans des machines de désherbage alternatif : désherbeurs thermiques à eau chaude, brûleurs à flamme nue, tracteur brosse, etc.

 

Bien le faire… et le faire savoir !

Le Ville développe des outils de communication à l’attention de ses citoyens, afin que la transition se passe le plus en douceur possible. Le Service Communication a entre autres réalisé un joli toute-boîte expliquant le passage au zéro phyto et à la gestion différenciée, et rappelant les devoirs des citoyens par rapport à la maintenance de leur trottoir.

 

Dans la cité du Maca, beaucoup d’ingrédients semblent réunis pour que les projets soient une réussite!

 

                                                                                                                                                              

 La ville possède à présent un nouveau site de compostage public pour encourager le tri des déchets verts et organiques.
rejoigneznous