Walhain : du fleurissement participatif

Newsletter mars 2016
 

 

Pour répondre aux problèmes de sécurité routière, la Commune de Walhain a installé de nombreuses jardinières hors-sol sur ses voiries de village. Une charge d'entretien conséquente pour le personnel de voirie. Une solution originale a alors émergé : l'entretien participatif du fleurissement. 

Rencontre avec Brigitte Maroy, éco-conseillère à la Commune de Walhain.

Jardiniere1-Walhain
 

Comme partout dans les villages, les riverains se plaignent de la vitesse excessive des véhicules de passage. Pour forcer les automobilistes à ralentir, le Collège communal a opté pour l'installation de jardinières de dévoiement. Le système hors-sol, mobile, a été préféré au système induré, car certaines rues doivent être régulièrement dégagées lors d'évènements comme des courses cyclistes, très nombreuses à Walhain.

"Nous avons commencé par commander une vingtaine de jardinières, suivie d'une autre vingtaine et puis d'une autre encore. Tout le monde voulait une jardinière devant chez soi pour modérer les vitesses des véhicules", explique Brigitte Maroy. "En voyant ce nombre croissant de jardinières, j'ai fait le calcul du temps total nécessaire pour assurer l'arrosage de tous ces bacs sur une saison. Je suis arrivée à 35 jours."

Comment réduire cette énorme charge de travail, qui s'ajoutait encore à la charge d'entretien accrue depuis le remplacement des pulvérisations par l'utilisation d'une brosseuse-balayeuse ?

Le Collège communal a alors décidé de faire appel aux riverains pour prendre en charge l'entretien des jardinières de leur rue. "Des citoyens étaient déjà venus nous demander d'installer des jardinières devant chez eux en offrant de les entretenir. Cette solution a donc été élargie à l’ensemble des jardinières qui ont été proposées à l'adoption.  

Affiche-jardiniere-Walhain

Le Collège communal a alors décidé de faire appel aux riverains pour prendre en charge l'entretien des jardinières de leur rue. "Des citoyens étaient déjà venus nous demander d'installer des jardinières devant chez eux en offrant de les entretenir. Cette solution a donc été élargie à l’ensemble des jardinières qui ont été proposées à l'adoption. En 2014, nous avons donc commencé par placer des affichettes dans chacune de nos 78 jardinières. Dans les semaines qui ont suivi, de nombreux citoyens se sont proposés. Nous avons ensuite déposé un courrier chez les riverains des bacs qui n'avaient pas encore trouvé de ménage d'adoption. A la suite de quoi, nous avons encore eu des candidats. Au final, 39 % de nos jardinières ont été adoptées et sont, depuis deux saisons, entretenues de manière participative."

Grâce à cette solution, la charge d'entretien des jardinières par les ouvriers a diminué d’environ 30 %.

Une fois la jardinière adoptée, le principe est simple. "Toutes les jardinières, adoptées ou non, sont aménagées par les ouvriers communaux, qui y installent des vivaces, pour le volume, et des annuelles qui assurent le fleurissement de mai à octobre", explique l'éco-conseillère. "Les citoyens volontaires assurent l'arrosage et l'enlèvement des fleurs fanées de leurs bacs. Ils peuvent aussi ajouter d'autres plantes, s'ils le souhaitent, du moment que celles-ci ne gênent pas la visibilité de la signalisation et des catadioptres."

 

Et le résultat est très satisfaisant. 

"Les jardinières adoptées offrent un meilleur rendu visuel, car elles sont notamment plus régulièrement arrosées que celles dont l'entretien est assuré par nos ouvriers, qui ont trop peu de temps à leur consacrer", ajoute Brigitte Maroy.

Si l'aspect écologique n'a pas été pris en compte dans le fleurissement de ces jardinières, Brigitte Maroy n'exclut pas cette possibilité pour l'avenir.  

 

Encore de belles initiatives en perspective.

Jardiniere2-Walhain

 

 

 

 

 

 

rejoigneznous