Le fleurissement annuel, c'est du passé!

Le ton est donné d’entrée de jeu ! Lors de la formation sur le fleurissement de l’espace public en mai dernier à Spa, la paysagiste d’Ecowal, Mélanie Appeldoorn n’y va pas par quatre chemins : « Les parterres monofloraux d’annuelles c’est du fleurissement des années ’80. Aujourd’hui, on s’oriente de plus en plus vers des aménagements durables. »

 

CimetiereNature1    

Il ne s’agit pas de bannir définitivement ces plantes, mais de les limiter à certains endroits stratégiques. La majorité du fleurissement sera assuré par des fleurs vivaces, des graminées, des bulbes, des arbustes et des arbres. Mais comment agencer tout ce petit monde ? Après avoir transmis les éléments théoriques, Mélanie propose un exercice pratique de conception d’un parterre. Les participants, réunis en petits groupes, reçoivent un plan de plantation vierge à remplir à l’aide d’une série de cartes reprenant une sélection de végétaux et leurs caractéristiques. L’attention doit être portée sur la diversité, le choix des couleurs et la densité, tout en gardant à l’esprit certains éléments tels que la situation du site ou les conditions du sol. Les communes présentes se prêtent volontiers au jeu.

 

 

Après la conception sur papier, place au terrain. Le groupe se rend devant le service des espaces verts de la ville où une parcelle leur a été réservée. Geranium macrorrizhum, Stachys officinalis, Campanula perisicifolia, Allium christophii, Lonicera periclymenum, Molinia caerulea, … Une heure de travail plus tard, arrosé de quelques batailles d’eau, le parterre prend vie. Il pourra rester en place pendant cinq à six ans, en nécessitant très peu d’entretien. Et ce sera tout bénéfice, tant d’un point de vue économique, qu’écologique !

   

CimetiereNature2

 

 
rejoigneznous