Sel et vinaigre : à garder en cuisine ?

Avec l’entrée en vigueur de la nouvelle législation en matière d’usage de produits phytos, nous sommes contraints de chercher des méthodes de désherbage plus respectueuses de l’environnement et de la santé.  De plus en plus de communes investissent d’ailleurs dans des machines de désherbage thermique ou mécanique.  Naturellement, on aurait tendance à se tourner vers des herbicides dits "naturels" comme le sel de cuisine, le sel de déneigement ou encore le vinaigre.  Cependant, ceux-ci, utilisés à fortes doses, ont un impact très négatif sur le sol et sur l’environnement de manière générale.

    Vinaigre-desherber

Le sel

En effet, le sel agit sur les parties aériennes et sur les racines des plantes et les fait périr.  Mais, utilisé à fortes doses, il amène des effets néfastes sur l’environnement en détruisant la faune et la flore, en modifiant la perméabilité du sol et en s’infiltrant dans les nappes phréatiques. 

Par ailleurs, le sel peut aussi décolorer des revêtements tels que des dalles ou des joints de ciment.

ALTERNATIVES AU SEL de déneigement

Dans certains pays, des techniques alternatives à l’épandage de sel de route sont testées comme les graviers (à balayer par la suite), la sciure de bois ou des cendres qui vont se dissiper avec la fonte de la neige.

 

Le vinaigre

Le vinaigre blanc (càd, l'acide acétique) présente lui aussi des propriétés herbicides.  Il agit en brûlant les parties aériennes des plantes avec lesquelles il entre en contact et pénètre aussi à l’intérieur de celles-ci pour détruire leur système racinaire.

Bien que le vinaigre soit rapidement bio-dégradé, il risque néanmoins d’acidifier le sol et est très nocif pour toute la vie microbiologique du sol. 

 

Et la législation ?

De plus, selon la législation en vigueur, le sel de route/de cuisine et le vinaigre blanc ne sont pas agréés pour le désherbage. Leur usage en tant qu’herbicide dans les espaces publics, les zones tampons et autres surfaces connectées à un réseau de collecte des eaux pluviales est interdit (voir règlement d’exécution (UE) du 7 septembre 2017).

 

En Conclusion…

L’usage de sel de route ou de cuisine et de vinaigre comme herbicides est à proscrire car ces substances nuisent à toute une série d’espèces animales et végétales, et détruisent ou modifient le sol.   Il est donc préférable, en fonction du type de surface à entretenir, de se tourner vers le désherbage manuel, mécanique ou thermique pour venir à bout des espèces indésirables ou de modifier son seuil de tolérance face aux "herbes folles" !

 

 

rejoigneznous