De la perception à la gestion des adventices

8e Rencontres techniques du Pôle GD

Mardi 26 mars 2013 - Charleroi

 

Liste des exposants là

 

Matinée conférences

Enquête 2012 sur la perception des "mauvaises herbes" par les Wallons - V. Vanparys (Pôle GD)

Un des éléments de solution pour la réduction des herbicides chimiques dans les espaces publics est une augmentation de la tolérance aux adventices (communément appelées « mauvaises herbes »), voire l’enherbement volontaire de certains revêtements. Malgré les avantages de cette solution en termes financiers et environnementaux, beaucoup de décideurs sont réticents à cette idée, par crainte des réactions des usagers. 

L’été dernier, le Pôle GD a réalisé une enquête pour estimer si cette réticence est fondée, autrement dit, pour estimer si les citoyens wallons sont effectivement contre l’idée de voir plus de végétation spontanée dans les espaces publics. Au total, 717 personnes ont été interrogées dans la rue par deux enquêtrices, dans 11 communes de tailles différentes (comptant 2.500 à 90.000 habitants), réparties sur tout le territoire wallon.

Le principal résultat de cette enquête est que la majorité des citoyens sont prêts à accepter un peu plus d’adventices dans les espaces publics.

Par ailleurs, elle nous fournit des informations utiles sur où et comment mettre en œuvre cette démarche pour favoriser son acceptation.

 

Téléchargez la présentation complète ici.

Téléchargez le rapport complet de l'enquête là.

 

Le nouveau Programme wallon de réduction des pesticides - Ir. D. Godeaux (SPW)

 

Ce qui va changer pour la gestion des espaces publics à partir de 2013

Dans le cadre de la transposition de la Directive 2009/128/CE du 21 octobre 2009 (dite Directive-cadre Pesticides ou DCP), la Wallonie est tenue, pour les compétences qui lui reviennent, d’élaborer et de mettre en œuvre un plan d’action dénommé « Programme wallon de réduction des pesticides ».  Ce programme reprend 37 mesures régionales et 8 mesures à vocation nationale.  Les mesures sont en lien avec les thématiques abordées dans la DCP : depuis la phytolicence jusqu’au stockage des produits en passant par l’information, la sensibilisation ou encore la protection des eaux et des personnes vulnérables.

Nous approfondissons ici ce qui va changer pour la gestion des espaces publics suite aux nouvelles réglementations wallonnes attendues dans le courant de 2013.  Le principal objectif du Programme en ce qui concerne les espaces publics est d’arriver à la gestion « zéro phyto » de ces espaces au 1er juin 2019.  Pour ce faire, une période de transition de 5 ans (de juin 2014 à fin mai 2019) permettra aux gestionnaires d’espaces publics d’adapter leur gestion actuelle pour arriver à terme à se passer complètement des traitements chimiques.  Pendant cette période, les gestionnaires seront amenés à développer un plan de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires. Pour ce faire, ils pourront bénéficier d’informations ou de formations ainsi que du soutien des acteurs de terrain dont le Pôle de Gestion différenciée est le principal.  Ils seront également spécialement soutenus par un facilitateur qui sera mis en place pour accompagner les gestionnaires dans leurs démarches vers le « zéro phyto ».

 

Téléchargez la présentation complète ici.

 

Etude sur la gestion des mauvaises herbes sur les revêtements: méthodes préventives et curatives pour un aspect esthétique optimal - E. Boonen & A. Beeldens (Centre de Recherches Routières)

Le CRR vient de terminer une étude qui a duré quatre ans, portant sur une gestion «optimale» des mauvaises herbes sur les revêtements, en collaboration avec l’unité d’enseignement et de recherche « Plantaardige productie » de l’UGent, et avec le soutien de l’IWT-Vlaanderen. Cette étude avait pour objectif d’établir un inventaire des différentes méthodes préventives (conception, revêtement, matériau de jointoiement, etc.) et curatives non chimiques (arrachage, brossage, flamme, traitement à l’air chaud, à l’eau chaude, etc.) disponibles pour gérer les mauvaises herbes du point de vue de leur efficacité, de leur coût et de leur impact écologique.

Les connaissances en la matière ont été constituées dans quatre domaines : inventaire des types de mauvaises herbes en fonction de l’environnement et de l’application, efficacité des matériaux de jointoiement et de pavage, efficacité des techniques curatives et, enfin, éco-efficacité et analyse des coûts. De cette manière, on a fait un tour d’horizon tant des aspects préventifs que des aspects curatifs de la gestion des mauvaises herbes poussant sur les revêtements.

Cette étude a abouti à des recommandations pratiques pour une gestion écologique et économique des mauvaises herbes en vue d’obtenir un aspect esthétique optimal des espaces minéralisés.

 

Téléchargez la présentation complète ici.

 

La gestion différenciée à la commune de Clavier - B. Franck (Commune de Clavier) & C. Courard (GAL Pays de Condruses)

En 2010, dans le cadre des actions relatives à la GESTION DURABLE DE LA RESSOURCE EAU du territoire du GAL Pays des Condruses asbl (Groupe d’Action Locale), plusieurs communes ont décidé de mettre en place un système de gestion différenciée des espaces verts publics.

Accompagnée par le GAL Pays des Condruses, le PWGD et le Contrat rivière Ourthe, Clavier s’est lancée dans l’aventure en mettant en place, via une concertation entre les services communaux impliqués, différentes actions, allant de la sensibilisation à l'extension des zones de fauche tardive et à la tonte différenciée, en passant par l'inventaire et la classification des espaces verts (réalisés par le GAL Pays des Condruses).

Nous détaillons ces différentes actions en présentant les freins rencontrés, les leviers actionnés et les victoires méritées, …

 

Téléchargez la présentation complète ici.

rejoigneznous